Les obligations comme les actions sont des actifs financiers recherchés par les investisseurs particuliers et les professionnels car ils génèrent des revenus passifs tout en augmentant votre valeur nette grâce à la magie des rendements composés.

Il est important de connaître le fonctionnement des obligations si vous débutez en bourse car les obligations sont des produits dignes d’intérêt si vous souhaitez investir où trader sur les marchés financiers.

Le présent article a pour objectif de vous aider à comprendre le fonctionnement des obligations sur les marchés financiers.

Définition des obligations

Les obligations sont des valeurs mobilières en bourse qui sont émises par les Etats, les collectivités territoriales et les entreprises, qui recherchent via la bourse, des financements alternatifs ou complémentaires au crédit bancaire.

Les obligations sont des produits financiers réglementés dont les échanges sont surveillés par l’Autorité des Marchés Financiers afin de protéger les intérêts des épargnants.

Nyse Euronext Paris est la place de marché en France où sont échangée les obligations.

Les obligations sont des instruments financiers par nature moins risqués que les actions car elles offrent un revenu appelé coupon stable aux créanciers avec la garantie pour ce dernier de bénéficier d’un capital garanti si l’émetteur ne fait pas faillite.

Le prix d’une obligation ne dépend pas de l’offre et de la demande comme c’est le cas avec les actions car ce sont les taux d’intérêt, la solvabilité de l’émetteur de l’obligation et la liquidité du marché qui déterminent le prix et la valeur de l’obligation.

Les établissements financiers ou les investisseurs particuliers qui prêtent de l’argent aux emprunteurs sont appelés les créanciers.

Les fonds en euros proposés par les contrats d’assurance vie sont des obligations d’état qui permettent aux clients de recevoir tous les ans des intérêts dont les rendements sont connus à la signature du contrat d’assurance vie lorsque le taux est fixe.

Les principaux acteurs sur les marché obligataire

Le marché obligataire est un marché très important en termes de volume de transactions (très largement supérieur au marché des actions) et très stratégique car il fait intervenir de nombreux acteurs comme nous allons le voir ci-dessous.

Le marché obligataire met en relation des états et des entreprises qui recherchent des financements pour se développer et des investisseurs professionnels qui recherchent des rendements lucratifs pour le compte de leurs clients.

L’Etat est un acteur majeur au sein du marché obligataire car il emprunte régulièrement des milliards d’euros auprès des banques commerciales internationales afin de faire fonctionner les services de l’état.

Les emprunts d’état (appelés aussi souveraines) sont des obligations qui sont émises par les nations et qui sont échangées en bourse aussi facilement que des actions.

Les emprunts d’état les plus échangés en bourse sont les T-Bond pour les USA, le Bund pour les obligations allemandes ou les OAT pour le marché français.

Vous trouverez ci-dessous le graphique boursier du bund allemand à 10 ans.

Obligation allemande à 10 ans.

L’Agence France Trésor qui dépend du ministère de l’économie et des finances, est une administration publique, qui gère les services de la dette de l’Etat en empruntant des capitaux via les marchés financiers, tout en assurant le remboursement des dettes qui arrivent à échéance.

Vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous le montant total officiel de la dette française ou on apprend entre autres que la France s’endette à hauteur de 2 665 euros de plus chaque seconde ! 

Dette Publique de la France

La dette française qui est très recherchée en raison de la qualité de sa signature reste détenue majoritairement par des investisseurs étrangers dont vous trouverez ci-dessous les principaux pays (source agence française du trésor) :

La dette française.

La Banque Centrale comme la Banque Centrale Européenne (BCE) est également un acteur majeur dans le marché des obligations pour deux raisons :

Elle fixe le taux directeur qui a été ramené à 0% afin de relancer la croissance et l’économie en permettant aux entreprises et aux particuliers d’emprunter de l’argent à des taux très bas.

Elle a racheté massivement des créances publiques et privées pour 60 milliards d’euros par mois afin de faire baisser les taux.

Les comptes rendus de politique monétaire sont très suivis par les investisseurs car les hausses de taux renchérissent le cout du crédit des états, des ménages et des entreprises.

Le taux d’intérêt détermine la valeur des obligations à la hausse ou à la baisse.

Les fonds collectifs comme les SICAV et les fonds communs de placement (FCP) sont des investisseurs institutionnels qui achètent massivement des obligations pour le compte de leurs clients.

Les particuliers ont aujourd’hui la possibilité d’acheter des obligations via les fonds en euros proposés par les contrats d’assurance vie. Ils peuvent également acheter des obligations du monde entier via des trackers qui sont des fonds d’investissement côtés en bourse. Ils ont également la possibilité de trader et spéculer sur les emprunts d’état français, allemand ou us.

Les intermédiaires financiers comme les courtiers autrefois appelés agents de change sont indispensables au fonctionnement du marché obligataire car ils transmettent les ordres d’achat et vente des clients.

Les principales agences de notation comme Moody’s, Fitch Ratings ou Standard & Poors sont des entreprises dont le métier est d’analyser la solvabilité d’une entreprise ou d’un état en lui attribuant une note dont l’impact financier est très important pour les emprunteurs car si la solvabilité d’un état est mauvaise, peu d’investisseurs serons disposés à lui prêter de l’argent sauf à des taux prohibitifs, assortis de garanties qui peuvent être des sacrifices pour les nations  comme par exemple l’épisode grecque. L’Argentine ou le Venezuela sont des exemples de nations qui ont fait faillite.

La solvabilité d’un état ou d’une entreprise dont la solvabilité est jugée satisfaisante par une agence de notation rassure les investisseurs institutionnels qui accordent leur confiance en prêtant de l’argent à bon prix.

AAA est la meilleure note.

D représente le défaut de paiement.

Vous trouverez ci-dessous la notation de la dette française (source agence française du trésor).

Notation de la dette française.

Les principales caractéristiques des obligations

Une obligation est un titre de créance qui représente une fraction d’un emprunt dont les principales caractéristiques sont les suivantes :

Le nominal correspond au prix unitaire de l’obligation.

Le coupon ou taux d’intérêt nominal est la rémunération que l’investisseur va recevoir en échange de son prêt d’argent. Le coupon ou taux d’intérêt nominal peut être fixe, à taux variable ou à taux révisable.

La date de remboursement d’une obligationcorrespond au remboursement des capitaux prêtés par les créanciers à échéance de l’obligation.

Les règles de remboursement énoncent les conditions dans lesquelles l’obligation sera remboursée par l’emprunteur ou l’émetteur car ce dernier a la possibilité de rembourser en seule fois ou en plusieurs fois les obligations.

Prenons un exemple concret, vous achetez 100 obligations émises par BNP Paris à taux fixe de 4% avec une échéance à 2 ans. La valeur nominale, le prix de l’obligation est de 150 euros soit un investissement total de 15 000 €.

Cela signifie que cette obligation vous versera un coupon annuel de 600 euros et vous serez remboursés de la somme que vous avez prêtée (15 000 €) à échéance si l’émetteur ne fait pas faillite. 

Les différentes obligations

Il existe différentes obligations en fonction des stratégies envisagées par les investisseurs :

Les obligations à taux fixe

Les obligations à taux fixe sont les obligations les plus populaires car elles versent un même taux d’intérêt ou coupon annuel aux investisseurs jusqu’à l’échéance de l’obligation.

Les fonds en euros proposés par les assurances vies sont des obligations à taux fixe.

Les obligations à taux variable

La rémunération des obligations à taux variable dépend uniquement des taux monétaires ou obligataires.

Les obligations convertibles

Les obligations convertibles sont des obligations à taux fixe qui peuvent être converties en actions.

Les obligations indexées sur l’inflation

Les obligations indexées sur l’inflation sont une assurance contre la hausse des prix car le principal et les intérêts sont indexées sur l’inflation.

Les obligations à coupon zéro

Les obligations à coupon zéro sont des obligations dont les intérêts ne sont pas versés annuellement mais uniquement à l’échéance de l’obligation.

Comment investir dans les obligations ?

Contrairement aux actions dont le rendement est inégalé selon une étude de l’Autorité des marchés financiers, qui a comparé la performance de plusieurs actifs de 1988 à 2013 (voir graphique ci-dessous), les obligations ne sont pas le placement le plus rémunérateur mais elles ont l’avantage d’offrir un rendement stable aux investisseurs par rapport aux dividendes versées par les entreprises.

Performance des obligations par rapports aux actions.

Les obligations à taux fixe proposés par les fonds en euro dans les assurances vies son très populaires chez les français car elles offrent un rendement/risque équilibré par rapport aux actions qui sont très sensible à la volatilité des marchés.

Les obligations sont des classes d’actif incontournables pour diversifier un portefeuille qui serait uniquement composé d’action et donc vulnérables aux cycles de marchés.

Les portefeuilles boursiers anti crise de  « All Wheaer de Ray Dalio ou le permanent portfolio de Harry Brown qui contienneNT comme classe d’actif des obligations, ont démontré leur robustesse avec une rentabilité moyenne de 9% par an sur plus de 30 ans avec une très faible volatilité.

Les particuliers peuvent acquérir indirectement des obligations d’état via les fonds en euros proposés par les contrats d’assurance vie.

Ils peuvent également acheter indirectement des obligations via les SICAV et les fonds communs de placement (FCP).

Les investisseurs peuvent acheter des obligations via les trackers qui sont des fonds d’investissement côté en bourse dont l’objectif est de suivre passivement un indice obligataire, un indice action ou un indice matières premières.

Il est possible d’acheter des obligations à partir d’un compte-titres, d’un contrat d’assurance vie en ligne pour limiter les frais de gestion mais aussi via l’épargne salariale.

Les investisseurs peuvent acquérir des obligations d’état ou d’entreprise (corporate) via des courtiers en ligne sérieux avec des frais low cost comme le broker DEGIRO.

Je vous déconseille d’acheter vos obligations via les SICAV et les Fonds Classiques (FCP) en raison de divers frais de gestion très élevés qui vont rogner vos rendements composés.

Quels sont les risques d’investir dans les obligations ?

Les obligations sont des placements financiers à moyen, long terme dont les principaux risques sont les suivants :

Le risque de taux car le prix d’une obligation fluctue par rapport à l’évolution du taux d’intérêt.

Une remontée des taux d’intérêt aura pour conséquence de faire baisse le prix de l’obligation car les vendeurs se délesteront des anciennes obligations afin d’acquérir celles qui rapportent plus d’argent.

Le risque est réel en France car les taux d’intérêt ont régulièrement baissé avec des taux d’intérêt maintenue à 0% par la Banque Centrale Européenne.

Ci-dessous l’évolution des taux (source Agence France Trésor).

Evolution des taux des obligations de 1998 à 2007.

A l’inverse, il est plus avisé d’acheter des obligations lorsque le taux d’intérêt sont élevés car lorsque ce dernier baisse, le prix des obligations augmentent.

Le risque de défaut existe sur les obligations si l’émetteur fait faillite comme ce fut le cas avec l’Argentine ou le Venezuela.

La crise de solvabilité grecque a fait perdre 50% aux porteurs d’obligations.

Le risque de défaut est également présent pour les obligations d’entreprises.

L’inflation est un risque qui pèse également lorsque la rémunération de vos obligations est inférieure à l’inflation.

Les obligations qui offrent des rendements très élevés sont des actifs très risqués en raison des risques de faillite de l’entreprise qui émet l’obligation.

Le trading sur les obligations est aujourd’hui possible pour les investisseurs particuliers, grâce aux CFD, et représente une alternative, si vous souhaitez gagnez de l’argent tout en contournant les risques qui pèsent sur les obligations pour un investissement moyen long terme.

Comment trader avec les obligations ?

Les emprunts d’état sont aussi le terrain de chasse des traders (swing traders, day trader ou scalpers) qui spéculent à la hausse ou à la baisse sur les obligations américaines ou européennes via des produits dérivés tels que les contrats futurs ou avec les CFD.

Les spéculateurs rentables utilisent des graphiques boursiers en chandeliers japonais et des stratégies de trading rentables et sécurisées pour générer des revenus importants.

🎁 Télécharge Gratuitement le Guide Ultime pour Apprendre le Trading.

La fiscalité sur les obligations

Les coupons versés par les obligations et les plus-values sont assujettis au prélèvement forfaitaire unique de 30% à compter du 01 janvier 2018.

Le prélèvement forfaitaire unique de 30% comprend un impôt forfaitaire de 12,8% et les prélèvements sociaux à hauteur de 17,2%.

Vous pouvez néanmoins bénéficier d’une fiscalité bienveillante grâce à l’enveloppe fiscale du contrat d’assurance vie mais également d’une franchise d’impôt sous certaines conditions avec l’épargne salariale.

Pour conclure

Si les obligations sont moins connues et moins médiatisées que les actions, elles restent le placement préféré des français via les fonds en euros proposés dans les contrats d’assurances vie, car elles génèrent des revenus passifs réguliers et sont des actifs moins sensibles à la volatilité que les actions.

Il est déconseillé d’acheter des obligations lorsque les taux sont bas pour deux raisons :

Elles offrent un très faible rendement comme c’est le cas actuellement car le taux directeur de la BCE est à 0%.

Le risque de perte est réel car si le taux d’intérêt remonte le prix des obligations va baisser.