Dans cet article (rédigé par Benjamin du site spéculateur malin.fr) intéressons-nous à la figure chartiste double top et double bottom.

Il toujours très frustrant (et le mot est faible) de rentrer sur un actif puis de voir celui-ci plonger juste après, c’est à se demander pourquoi nous.

A ce moment précis 1000 questions nous assaillent, dois-je tout revendre immédiatement ou au contraire faire le dos rond et conserver (le fameux adage pas vendu pas perdu).

Vous n’aurez pas la réponse, vos émotions prendront alors le relais, imaginant toute sorte de scénario.

En réalité vous n’êtes pas seul(e) dans ce cas-là, comprenez bien que le prix de votre actif suit des tendances graphiques, c’est-à-dire que celui-ci peut être dans une phase haussière, baissière ou neutre.

N’essayez pas de vous mettre contre le marché, j’ai essayé cela ne fonctionne pas.

Avant de commencer éclaircissons un point important ensemble.

La plupart du temps sur internet, dans les forums, sur X (Twitter) nous parlons d’analyse graphique et technique (AT) indifféremment.

On utilise ces 2 termes pour désigner le fait d’analyser un graphique boursier, généralement on utilise le terme « analyse technique » par convention et par simplicité.

En réalité ce sont 2 types d’analyses complémentaires que vous réalisez sur le même graphique boursier, mais avec des outils différents.

Il est important de réaliser la distinction entre ces 2 termes.

L’analyse graphique se fonde sur l’observation des mouvements du prix sur son graphique avec une étude chartiste sur celui-ci. On recherche des zones de supports et de résistances, avec les plus hauts et les plus bas du prix.

Ces éléments sont ensuite repris pour détecter des figures chartistes sur le graphique du prix, c’est ce que nous verrons plus loin.

L’analyse technique utilisent des indicateurs techniques qui se placent sur le graphique du prix ou dans une fenêtre séparée.

Ces indicateurs sont construits suivant des formules mathématiques très simples comme les moyennes mobiles, ou alors plus compliqué comme le RSI ou le Stochastique.

L’analyse graphique d’un titre reste pour moi la méthode la plus intuitive à prendre en main lorsqu’on débute sur les marchés financiers.

Elle part du principe que les marchés financiers conservent en mémoire les niveaux où le prix a réagi, parfois violemment dans le passé.

Cela peut être par exemple un niveau atteint après une lourde chute avec un rebond rapide, ou encore un niveau où le prix a été mis en échec après une hausse spéculative.

Le prix matérialise sous nos yeux l’état d’esprit des opérateurs et des forces en présence, acheteurs contre vendeurs à l’origine des mouvements sur notre prix.

Déterminer des niveaux de supports et de résistances graphiques sur un actif ne vous donnera pas une méthode ni un plan pour intervenir sur les marchés, cela doit être dit. Cela permet de ressentir le prix.

Elle traduit la psychologie des intervenants, réaliser sa propre analyse vous permettra de comprendre ses fluctuations et de pouvoir émettre des scénarios d’évolutions.

Il est primordial d’aborder ces analyses de manière pragmatique, ne nous transformons pas en devin.

Le point se lequel elles sont le plus décriées réside dans le fait que pratiquer une analyse graphique consiste à prévoir la météo d’hier.

En réalité étudier un graphique de prix se résume simplement à réaliser une étude de probabilités du prix.

Nous ne connaissons pas l’avenir, personne le connait, en revanche nous connaissons les zones où le prix a échoué dans le passé, elles sont parfaitement identifiées sur notre graphique.

Notre étude de probabilités nous enseigne que lorsque le prix casse à la baisse un niveau, ce niveau se comportera comme un obstacle pour le prix si celui-ci revient à son niveau.

Nous pouvons donc nous dire qu’il ne sera pas forcément judicieux d’acheter des titres à ce moment-là, mais plutôt d’en vendre si nous en possédons déjà. L’inverse est vrai également.

Le double top et double bottom

Maintenant que vous savez ce que peut vous apporter l’analyse graphique intéressons-nous de près à la figure chartiste double top et son pendant le double bottom.

Ce sont toutes les 2 des figures de retournement de tendance.

 La figure chartiste double top

Le double top est une figure chartiste baissière prenant la forme d’un « M ».

Elle marque la volonté du marché de ne pas laisser le cours atteindre de nouveaux plus hauts, et leur volonté de faire retourner la tendance actuelle haussière à la baisse.

Initialement le prix est dans une tendance haussière, la 1ère correction se produit lorsque le prix est mis en échec.

Celle-ci permet de rééquilibrer la demande entre les acheteurs et les vendeurs après un excès haussier.

Ce nouvel équilibre permet au prix de matérialiser un niveau de support graphique que l’on nommera la ligne de cou, et de rebondir dans la foulée.

Graphiquement le niveau du 1er échec agira comme une résistance. C’est ce qui se produit lorsque le prix revient tester ce niveau et marque son 2ième échec dans un laps de temps rapproché.

Ils existent différentes représentations du double top, que l’on différencie selon deux critères :

  • La forme du sommet : Il peut être en forme de pic (on parle alors de sommet en Adam) ou de forme arrondi (on parle alors de sommet en Eve).
  • Le niveau du second sommet : Il peut être plus haut, au même niveau ou plus bas, que le premier sommet.

Le double top est formé, pour le valider le prix doit casser cette ligne de cou.

Celui-ci peut ensuite revenir tester son niveau de cassure et réaliser un pullback, mais celle-ci agira maintenant en résistance suivant le principe du changement de polarité que j’ai décrit plutôt.

Le dernier échec du prix après ce pullback validera définitivement la figure chartiste double top.

Exemple sur le titre Société Général

Ici sur cet exemple il n’y a pas de pullback.

La figure chartiste double bottom

Le double bottom est une figure chartiste baissière, l’exact opposé du double top.

Elle prend la forme d’un « W ».

Elle marque la volonté du marché de ne pas laisser le cours atteindre de nouveaux plus bas, et leur volonté de faire retourner la tendance actuelle baissière à la hausse.

Initialement le prix est dans une tendance baissière, le 1er rebond se produit lorsque le prix trouve un niveau où la demande entre les acheteurs et les vendeurs se rééquilibre de nouveau après un excès baissier.

Ce nouvel équilibre permet de matérialiser un niveau de support graphique, cela permet au prix de rebondir mais attention, pour le moment nous sommes devant un rebond technique.

Ce rebond purement technique ne dure pas et la tendance baissière reprend le dessus. Néanmoins le niveau du 1er rebond agit de nouveau en support.

Cette volonté du marché de rebondir une 2ième fois sur ce même niveau est un tournant le prix.

Le double bottom est formé, pour le valider le prix doit casser à la hausse sa ligne de cou.

Celui-ci peut revenir ensuite tester son niveau de cassure et réaliser un throwback, mais celle-ci agira maintenant en support suivant encore une fois le principe du changement de polarité.

Le dernier rebond du prix après ce throwback validera définitivement la figure chartiste double bottom.

Exemple sur le titre Guillemot

Comment prendre position sur le double top et double bottom ?

Tout d’abord pour prendre position grâce à ces figures chartistes de double top et bottom vous devez connaitre quels sont les objectifs graphiques que vous pouvez en tirer.

Ensuite pour réaliser une bonne entrée en position et gérer correctement son risque sur les marchés financiers nous devons posséder 3 informations :

  • Le niveau d’entrée
  • Le niveau d’invalidation
  • Le niveau d’objectif

Cette démarche est primordiale pour gérer correctement l’exposition au risque de votre capital.

N’oubliez pas que l’analyse graphique vous permet d’entrevoir le potentiel d’un actif, le money management vous donne les moyens d’y parvenir en maitrisant les risques.

 Se fixer un objectif graphique

Nos figures chartistes ont un objectif graphique naturel grâce au report chartiste.

Cela ne veut pas dire que c’est un objectif final mais simplement un 1er objectif qui permettra de déterminer notre ratio gain sur risque.

La détermination de cet objectif chartiste est similaire à d’autres figures chartistes comme le canal ou l’ETE.

Pour le double top il suffit de reporter l’amplitude du prix entre la ligne de cou et la ligne de résistance formé par les 2 sommets.

Pour le double bottom le principe est le même, on reporte l’amplitude entre la ligne de cou et la ligne de support formé par les 2 creux.

Déterminer les niveaux d’entrées et d’invalidations

Notre 1er niveau d’entrée est déterminé naturellement par la cassure de la ligne de cou à la hausse pour le double bottom, ou à la baisse pour le double top.

Même si ce niveau est le plus évident ce n’est pas nécessairement le plus sécurisé.

Gardez en tête que le prix reste encore à ce moment-là dans une tendance neutre, une fausse cassure est plus que possible entrainant un reflux du prix.

En cas de cassure effective le prix peut réaliser un pullback ou un throwback comme nous l’avons dit plus haut, attention ce n’est pas obligatoire.

Néanmoins si cela se produit cela nous offrira un excellent niveau d’entrée, bien plus fort au niveau des probabilités de réussite que le 1er.

Pourquoi ?

Pour le double top après la cassure à la baisse de la ligne de cou, le prix est revenu tester son ancienne résistance et l’a transformé en support.

Pour le double bottom après la cassure à la hausse de la ligne de cou, le prix est revenu tester son ancien support et l’a transformé en résistance.

Nous appliquons le principe du changement de polarité. Nous bénéficions maintenant d’un niveau de stop bien claire et proche.

Enfin nous avons notre niveau d’invalidation.

Nous pourrons réaliser le dimensionnement de notre position de manière optimale.

Utiliser en complément des indicateurs techniques

Jusqu’à maintenant nous sommes restés purement dans de l’analyse graphique avec la lecture du prix en direct sans intermédiaire.

Mais il peut être judicieux d’utiliser des indicateurs techniques en complément de notre lecture chartiste pour augmenter notre probabilité de réussite.

Il existe plusieurs catégories d’indicateurs techniques.

Tout d’abord il est fortement recommandé d’afficher l’indicateur de Volume. Une augmentation des volumes lors d’une cassure de la ligne cou à la hausse ou à la baisse permettra de crédibiliser votre signal graphique.

Cela démontre que cette cassure n’est pas seulement un excès de volatilité momentané sur le prix.

Nous pouvons également afficher des moyennes mobiles simples sur notre graphique. Ces indicateurs sont les plus simples qui existent et permettent de visualiser les tendances en cours sur l’actif.

Il est judicieux d’afficher plusieurs moyennes avec des périodes différentes.

 Elles s’affichent directement dans la fenêtre du prix.

 Je rappelle qu’un indicateur de tendance fonctionne uniquement lorsque le prix est dans une tendance directive claire, soit haussière ou baissière mais pas neutre.

On le voit sur notre exemple, à l’intérieur de notre figure double top le prix croise et recroise les moyennes sans donner une direction franche.

En revanche le dernier croisement de moyenne, additionné à l’augmentation des volumes alerte sur la faiblesse du prix. La cassure de la ligne de cou sera notre signal graphique.

Attention je le répète souvent mais ne tombez pas dans le piège d’afficher trop d’indicateurs techniques sur votre graphique, vous serez noyé dans une soupe d’indicateurs incompréhensibles et de plus redondant les uns avec les autres.

A la place privilégiez seulement quelques indicateurs que vous maitrisez parfaitement et de catégories différentes.

Conclusion

Pour conclure, le double top et double bottom sont des figures chartistes de retournement de tendance.

Hidden Content